• Sylvain Freulon

Vang Vieng: Débauche et tourisme de masse


Plusieurs jours après avoir quitté Pakbeng, je pars donc pour une destination actuellement prisée par les touristes, Vang Vieng ! J’ai énormément entendu parler de cette ville pour ses magnifiques sites karstiques de l’autre côté de la rivière ainsi que ses petits villages (authentique) mais surtout pour sa terrible réputation sulfureuse.

Et oui, il y’a de cela bien des années que Vang Vieng était et est fréquentée par une catégorie de touristes bien particulier. Vang Vieng a une sulfureuse réputation qui lui aura joué bien des tours et pourrait lui en jouer encore actuellement. Car cette ville était une destination très prisée de certains Backpackers pour la débauche, en trois mots… Sexe, drogues, alcool…bref… Ce qui aura été un repaire pour certains, aura été un calvaire pour d’autre.

Tout a commencé avec le commerce d’opium par les paysans envers les touristes de passage qui en vendait de temps en temps, puis dans un second temps de plus en plus de nouveaux arrivants participe à créer une ambiance de débauche et de fêtes endiabler et musical. A tel point que les habitants n’en pouvaient plus, même les animaux dans les champs loin de la ville étaient dérangés par cette pollution sonore, selon certains locaux ! De nombreux incidents dut à cette night-life de plus en plus ingérable sont à déplorer, bagarres, coups de couteaux, trafics, prostitutions, overdoses et noyades ! Ils ont inventé une activité « le tubing », vous vous posez sur une bouée et vous laissez porter par le courant de la rivière… Dis comme ça, ça a l’air marrant, mais le but est de s’amarrer de bars en bars qui à l’époque étaient plus d’une dizaine avec de l’alcool et drogue pas cher. Et c’est ainsi que des voyageurs perdirent la vie, tout simplement incapable de remonter sur sa bouée et tombant à l’eau, se retournant dans la rivière, ou sautant à l’eau tout simplement et finirent noyé. Plus de 20 morts ont été déplorés dans ses circonstances à tel point qu’en 2014 l’armée fait irruption en vue de stopper tout cela de façon radicale. Et le calme est revenu en apparence... 

2019, j’arrive à la station de bus, pars à pied en quête d’un hôtel pas cher et déjà, rien qu’à marcher dans la rue principale, nombreux sont les touristes Backpackers ainsi que d’énorme troupe de Coréen et Japonais. Ces derniers sont tous à bord de Buggys de location répandent de la poussière dans les rues. Ma longue marche sous une chaleur intense de 40° m’auras guidé en plein centre-ville dans un dortoir plutôt énorme et très remplis principalement par une clientèles de 18-25 ans.

15H de l’aprèm, un peu hagard de cette chaleur, je souhaite me poser dans un restaurant pour y manger et me rafraichir. En rentrant, je ne vis personne, bouteilles en guise de décorations et une grosse feuille de « weed » sur le mur…bref ! j’ai vu qu’ils cuisinaient des hamburgers et j’avais des envies de nourritures de touristes. Déjà le coup d’envoi est lancé, je vois le restaurateur se diriger, les yeux vitreux, un joint dans le bec. Et je lui demande.

-Bonjour, je peux voir le menu ?

-Oui tiens. Je feuillète donc le menu et il me demande…

-Et si tu veux, on a des spécialités en cuisine Laotiennes et d’autres spécialités en particulier… Tout en souriant avec un clin d’œil. Et là, il me glisse sous mes yeux son menu spécial !

Joins de weed, Happy Cake, Ballons hilarant, ainsi que, joins, thé, gâteaux, omelette à l’opium et j’en passe ! Je lui réponds !

-Nan, je viens juste manger. Tout ça… c’est pas mon délire ! Un hamburger et une bière bien fraiche !

-Ok !

Soudain, il s’empresse de ranger son menu spécial ! Et me fait signe de m’assoir.

Après cela, en fin de journée, je constate le retour des Coréens et des touristes en tuktuk et motobikes de retour des sites karstique de l’autre côté de la rivière et croise des jeunes avec bouées et bière à la main de retour du Tubing. Egalement il y’a beaucoup de restaurants, hôtels et enseignes en Coréens qui sont totalement au antipodes de la fête, drogues et alcools. Pourquoi autant de Coréens et Japonais ? Tout simplement car Vang Vieng est considéré sur leurs guides touristique de leurs pays comme la destination la plus branché du Laos !

Le coucher du soleil est aussi très particulier. Tous les buggys sont exhibés dans les rues pour être loué sur la journée du lendemain, des montgolfières font leurs apparitions et à descendre vers la rivière, les touristes s’agglutinent sur les terrasses des restaurants, les moteurs des speedboat grondent en masses dans la rivière, des deltaplanes participe également au concert, un ponton en bambou sur-fréquentée qui ne redirige que vers des resorts. Tout comme la drogue, le tourisme de masse n’est pas mon délire !

Et le soir ce qui fesait la sulfureuse réputation de Vang Vieng est beaucoup plus calme maintenant mais n’a pas changé pour autant. Plusieurs bars continuent de se faire entendre la nuit même à travers les murs de mon dortoir.

Le lendemain je loue avec une grande facilité une motobike, tout comme les Coréens avec les Buggys.

J’ai souhaité me faire plaisir en me louant une moto-cross pour 15 Dollars par contre.

L’accès aux sites karstique n’est possible que par un pont et... tourisme de masse oblige… Il faut payer un péage de 10 000Kips (pas la mort non plus).

Une fois sur la route je m’amuse à parcourir la route bitumée doublant les tuktuks et Coréens en Buggys. Les troupeaux de touristes vont tous au même endroits et m’indique donc ou ne pas aller n’aimant pas payer pour des ATTRACTIONS et cherchant l’authenticité plus loin. Tous vont voir des grottes, des lagons, des points de vue, font de la tyrolienne… bref, ils suivent le troupeau. Je me suis autorisé une grotte et tout comme la grotte de Luang Namtha je fus plongé dans les ténèbres éclairée à l’aide d’une lampe frontale à explorer les boyaux de la grotte et admirer les formations rocheuses atypique.

Je décide de me rendre dans les villages au loin, fini le bitume, place à la poussière, malgré mon éloignement des zones touristique, le tourisme de masse me rattrape en buggys roulant à toutes allures dans les chemins créant des nuages de poussière ainsi que dans les petits villages eux aussi empoussiéré constamment. 

Les montagnes karstiques sont par contre majestueuse !

Heureusement que j’avais la moto-cross car la route n’était vraiment pas droite !

Je pense malgré tout avoir réussi à aller là où ne vont pas les touristes mais au bout de trois heure de routes, me permettant ainsi d’admirer le soleil se cacher derrière les montagnes en compagnies des buffles se réfugiant de la chaleur dans un bain de boue !

J'ai voulu admirer le coucher et me rendi compte que mes phares ne fonctionnaient pas et me contraignent à rentrer plus tôt que prévu.

Me dépêchant ainsi moi et ma moto, dépassant un buggy qui n’a pas apprécier cela et qui a du croire que je faisais la course avec lui me redouble et ralenti exprès pour me couvrir d’un nuage de poussière jusqu’à m’aveuglé. Fier de sa connerie, il klaxonne et file à toute allures ! Je rentre le soir à temps !

Ainsi je visite ma dernière ville du Laos sur un gout mitigé malheureusement suite à ce tourisme de masse (auquel je le reconnais, ai participé) je constate surtout le triste historique de Vang Vieng qui aura décimé l’identité culturelle Laotienne et son authenticité en faveur du tourisme pseudo sensationnel, certains ont même l’air de se croire dans un lieu immaculé du conformisme alors qu’il n’en ai rien.

La nature y est magnifique, les paysages, les gens des villages sont accueillants mais le tourisme de masse pour un voyageur qui s’habitue à L’Asie du sud rend tout cela si prévisible. Le sentiment de découverte se dissipe et ne permet pas d’apprécier les lieux à leurs justes valeurs.

N’hésitez pas à partager et commentez, donnez vos avis sur l’article !

Vous pouvez me suivre sur ma page Facebook Sylvain Freulon Photography

#ville #asie #landscape #travel #photographe #city #motobike #montagne #blog #photo #campagne #recit #laos #solo

0 vue