• Sylvain Freulon

Népal: Thorong La Pass (5416m)


Basecamp de Thorong Phedi, 4h du matin, 0°… Voilà le moment tant attendu de mon trek en solo.

L’ascension de Thorong La Pass qui culmine à 5416m d’altitude.

Je mange une omelette avec un pain Tibétain suivi d’un thé Masala en 30 minutes.

Je prends mon sac, et ferme tous les clips, l’ajuste de façon à ce qu’il soit bien calé sur moi.

Je remplis ma gourde. Attrape mon bâton de marche.

Et j’emprunte un chemin en zigzag situé à l’arrière du Basecamp qui se faufile entre deux falaises, mais qui grimpe également à plus 400M de haut !

La marche ne commence pas bien ! quelques dizaines de mètres et je m’essouffle déjà. 1 minute d’arrêt et je reprends la marche. 15m plus loin et plus, ça recommence, j’attends, je respire…

C’est dans laps de temps, qu’un son va me mettre la puce à l’oreille et m’inciter à continuer coute que coute ! La falaise qui domine tout le chemin sur ma droite émet des sons. Comme une série de petits craquellements… Pris de peur et de confusion, je tends l’oreille et me demande si c’est une fissure qui rompt lentement, ou est-ce simplement une réaction due aux températures. Peu importe pas le temps d’envisager le pire, je préfère accélérer le pas afin d’en finir avec ce chemin.

En 1H à peine j’aurais bâclé les 400m pour finalement arriver au High Camp (qui est la dernière possibilité pour dormir avant Thorong La Pass )

Je ne me sens vraiment pas en forme malgré après avoir fait une bonne nuit. Je ne suis pas sûr, mais je pense subir les effets de l’altitude.

Je continue ma progression vers Thorong La Pass sur un chemin qui me parait parfois flou, heureusement des balises sont visibles quasiment partout. Des piquets en métal qui se repèrent facilement en haute saison car ils dépassent de la neige. 

Dans mon cas le paysage est rocheux, d’apparence hostile, mais d’une terrifiante beauté !

C’est de plus en plus dur, je m’arrête tous les 10 20m pour souffler comme un forcené et mets au moins 5 minutes à chaque arrêt !

Cela dure…Encore et encore depuis au moins 3H de marche ! Je songe à renoncer de peur de m’évanouir… Cette fois c’est sur je ne supporte plus l’altitude ! Je décide de regarder ma carte et constate que je suis tout près du sommet, mais vu mon état… Il est trop tard pour reculer, j’ai franchi un point de non-retour. A ce stade je suis obligé de faire la traversée jusqu’au bout !

A bout, assis sur un rocher, je commence à paniquer et à me demander ce qu’il m’a pris d’entreprendre cela seul !

Je suis nauséeux, j’ai mal au crâne, je respire mal, j’ai mal aux genoux, mes ampoules sont revenues et je marche trop lentement… Quand soudain je me souviens que à Phokara une amie Américaine qui avait terminé son trek, m’avait donné des médicaments pour l’altitude. Je les lui ai pris en disant pourquoi pas, mais que je n’en aurais pas besoin… Il faut croire que je me suis trompé !

Je fouille mon sac afin de trouver ce médicament, Je l’ai ! Je le déballe, prends ma gourde et l’ingurgite.

Je reprends mon souffle en espérant que cela fonctionne.

Après plus de 30 minutes de galères j’aperçois les banderoles de mantras et un petit refuge abandonné.

Au milieu des mantras une pancarte… Enfin, je réalise que je suis au sommet, ma respiration n’est pas mieux, mais pas pire non plus.

J’en profite donc pour faire quelques photos-souvenirs devant le panneau.

« THORONG LA PASS 5416 METRES »

Encore une fois, je pose mon derrière sur un muret près du refuge et j’écoute le silence…

J’observe cette immensité autour de moi et ressens comme au lac Tilicho, une sensation de plénitude, de sérénité.

Malgré la douleur qui m’assaille un peu partout, je l’oublis l’espace de quelques minutes.

J’ai le sourire aux lèvres en repensant à ce que je viens de vivre et à ce que je vis à l’instant.

Mais toutes bonnes choses ont une fin et je vois des nuages se précipitant dans ma direction, je sens qu’il va falloir redescendre maintenant et sortir le ciré.

Je tourne le dos au sommet pour commencer une très longue descente pour 7H de marche sur plus de 1klm d’altitude vers le village de Mukthinat.

Comme prévu je sors le ciré, et doit ranger l'appareil photo pour le proteger, me voici maintenant dans le brouillard mêlé à la pluie. Cette longue descente se fait sur un chemin rocailleux, très rocailleux. De plus avec le brouillard je peine à voir les balises ! Et mes genoux peinent énormément dans la descente. C’est officiel, je boite ! Dans mon malheur j’ai au moins retrouvé une bonne respiration et dans cette descente je ne m’arrête jamais malgré la douleur aux genoux.

Et je n’ai pas le droit de m’arrêter car je ne peux pas me permettre de marcher dans la nuit.

C’est au fil des heures vers le crépuscule que je vois des rayons de soleil percé a un 1klm de ma position sur le village de Mukhtinat.

Sur ma route, je croise des villageois qui me regardent curieusement, moi, l’étrange étranger qui boite au milieu d’un troupeau de moutons que je traverse.

Même scène à mon arrivée dans le village. Ils sont pourtant habitués à voir des trekkeurs, mais visiblement pas dans cet état !

J’arrive donc dans un hôtel, ou le réceptionniste me prend en pitié à tel point qu’il m’offre gratuitement de quoi boire et manger !

Maintenant les températures sont à 10° Je suis à 3700 mètres d’altitude.

Je suis dans ma chambre…Celle-ci est en dur et a une douche chaude. Profitant du retour de la connexion, je saute sur l’occasion de contacter mes proches, leurs dires que je vais bien et que j’ai terminé le trek !

C’est plein de souvenirs, de moments intenses et merveilleux au milieu de ses immenses massifs montagneux des Annapurna que j’aurais gouté à une autre forme de liberté !

Je reprendrai donc le lendemain un bus en direction de Pokhara. 

Pour ensuite rester quelques jours sur la célèbre ville de Katmandou !

C’est ainsi que s’achève ma série d’articles sur mon trek des Annapurna.

Merci encore a ceux qui auront pris le temps de les lires.

De là où j’écris, je suis actuellement retourné au Vietnam, dans la ville de Ho Chi Minh (Saigon) et en pleine préparation de mon retour en France par les Frontières.

Chine, Mongolie, Russie, Europe de l’est, Allemagne, France !

N’hésitez pas à suivre le reste de mes actualités sur ma page Facebook.

SYLVAIN FREULON PHOTOGRAPHY FACEBOOK

SYLVAIN FREULON PHOTOGRAPHY INSTAGRAM

#voyage #travel #montagne #mountain #pic #pictiure #asie #asia #photo #blog #nepal #annapurna #rando #trek

27 vues