• Sylvain Freulon

Pakbeng: Terres d'accueil et de simplicité


Le Mékong un long fleuve tranquille sa source provenant des hauteurs de l’Himalaya du côté Chinois se déverse en traversant le Laos, le Cambodge pour enfin se jeter dans la mer de Chine par le Vietnam.

Ce fleuve sert également de frontière entre le Laos et la Thaïlande, frontière que j’ai longé de la ville de Huay Xay jusqu’à PAKBENG qui fut pour moi une véritable terre d’accueil.

Pour 100 000 kips j’ai dépensé 10€ pour un trajet de 5H en bateaux jusqu’à Pakbeng.

Me permettant d’observer les côtes thaïlandaises ainsi que l’énorme montagne Doi Pha Teng dont son sommet domine le Laos.

Le bateau s’enfonce ensuite dans le Laos suivant sa route jusqu’à Pakbeng peu avant le coucher du soleil. Coucher de soleil auquel je ne pourrais assister car le ciel se couvre et laisse présager un orage.

Une fois amarré au quai, n’étant pas le seul étranger à bord, de très nombreux hôteliers nous accoste afin de nous vendre une nuit au meilleure prix selon la plupart, j’accepte quand l’un me propose une nuit à 50 000 kips, 5€.

J’embarque donc dans son camion benne peu avant l’orage qui se rapproche à grand pas ! Je pose bagage attend que l’orage se termine et décide d’explorer la ville. Tout comme Huay Xay et Luang Namtha dons je parle dans mon article précédent, la partie touristique ne s’étale que sur une portion de rue sur 400M après cela ce sont des habitations locales.

Malheureusement je rencontre encore le problème d’impossibilité de louer une motobike car selon les locaux, elles sont toutes « cassée »… Déterminé à vouloir me déplacer par moi-même dans cette région qui me semble magnifique je décide d’aller dans un restaurant j’entre dans celui à l’ambiance Latino selons les proprios, je reconnaissais surtout qu’il passait les chansons de Manu Chao et les versions française pour la plupart…

Mais ils pratiquait un bon anglais et ayant déjà posé la question a d’autre personne pour louer une motobike, en vain, je demande au restaurateur qui lui me propose sa propre motobike !

Motobike assez récente par contre, je tente de négocier mais il ne souhaite pas descendre en dessous de 100 000 kips. C’est bien parce que je veux à tout prix découvrir le coin par moi-même que j’accepte !

Et au passage il me demande combien,je paye ma nuit à Pakbeng ? je réponds.

-je paye pour mon hôtel, 50 000 mais loin d’ici !

-Et bien pour 50 000 je t’offre une nuit dans l’hôtel voisin d’une valeur de 100 000 la nuit.

-Cool, je veux bien mais à condition de voir la chambre.

-OK suis moi !

Le restaurateur rentre dans l’hotel et demande à la réceptionniste de me faire voir la chambre et je constate qu’il ne me mentait pas c’est du luxe ! Il me redit à haute voix le prix de 50 000 mille en anglais et la réceptionniste lui fait signe de se taire de peur que les autres clients entendent… je comprends là que je suis le seul à bénéficier du privilège ! Je conviens de le revoir demain 8H à son restau pour la motobike !

Le lendemain matin je change donc d’hôtel et prend possession de sa motobike et je lui demande.

-ya pas de rétro sur ta motobike !

-non, pas besoin !

-hum… ok (d’un ton réticent)

Il me donne les clés et me dit.

-Tu peu y’aller !

-J’ai pas de casque !

Et sa réponse avec le sourire fut surprenante.

-T’inquiète ici y’a pas de police, ducoup pas de rétro ni de casque, pas besoin !

Je me dis à l’instant qu’on a pas la même vision de la sécurité ! C’est parti !!!

Pas le choix je prends donc la route, et découvre les environs avec une fraicheur et une brume matinale qui me fait nettoyer mes lunettes tous les klm.

Plus loin je traverse le Mékong Bridge, un des rare ponts traversant le fleuve d’ordinaires seul les ferrys le permettent. Ensuite je bifurque sur des petits chemins de terres me permettant de longer le Mékong.

Petit à petit la brume commença à se dissiper et à laisser place au soleil ainsi qu’à la chaleur. Des 12° à mon réveil (6h30) il commence déjà à faire dans les 28° (10H30).

Sur mon chemin étroit je croise des buffles qui ont l’air perturbé par ma présence surtout que je constate que c’est une mère avec ses petits donc potentiellement dangereux !

1 : Je force et on verra ?

2 : Je fais demi-tour avec prudence ?

Bon ben je force et on verra ! Soudain les buffles au lieux de me charger détalent vers le Mékong !

Plus loin je débarque dans un village surplombant le fleuve. Les habitants sont surpris de ma venue pour la plupart et soudain un maçon travaillant sur un chantier dans le village m’accoste en Anglais et entame la conversation.

-D’où viens-tu ? Me dit-il.

-Je suis français.

-FRANÇAIS, ah ah champion du monde bravo !

Et ainsi commence une conversation autour du football ainsi qu’une visite guidée du village.

Les petites structures que je prenais à tort et à travers pour des petites maisonettes sont en fait des structures de stockages sur pilotis (grains, nourritures et autres)

Et d’une partie de cache-cache avec les enfants s’amusant de mon appareil photo !

Je reprends la route tout en veillant à ne pas percuter un animal. Cochon, chien, chèvre, poule… Ce fut plutôt impressionnant de rencontrer un chien faire la sieste en plein milieux de la route et d'en croiser d'autres tous les 20 30 mètres environs.

Il est midi, le moment de renter à Pakbeng pour aller dans un restau pas cher avec vu sur le Mékong, je n’avoue ne pas avoir choisi l’authenticité en matière cuisine locale, car je suis dans un restaurant Indien tenue par des indiens expatriés depuis 5 ans à Pakbeng. C’est une anecdote intéressante car je pense que les communauté Indienne font partis de l’authenticité des pays d’Asie du sud-est, car selon certains voyageurs, je vais en rencontrer de plus en plus en me déplaçant vers l’ouest, Thaïlande, Birmanie. J'ai donc dégusté un délicieux poulet Tandoori pour 40 000kips.

Je reprends la route vers des petits villages montagneux.J’emprunte un chemin de terre très pentu à plusieurs klm de Pakbeng. Ce trajet m’offre plusieurs points de vue panoramique sur les montagnes et aussi sur les affres de la déforestation…

Plus loin j’arrive dans un petit village du nom de Chomleng-Noy situé en haut d’une colline surplombant un paysage exceptionnel. 

Je me dirige moi et ma motobike dans ce petit village. Je ne passe pas inaperçu dès mon entré, de nombreux enfants courent pour venir voir l’étrange étranger en me disant Sabaidi ou Hello et les moins doués en Anglais, mélange hello et bye bye ! Une fois la motobike stationnée un ancien m’invite à m’assoir prendre l’ombre à ses coté et est fière de me faire voir son travail qui est de fabriquer des sièges ou des paniers à l’aide de branchage noués. Aussitôt assis, toute une foule de personnes et surtout d’enfant vienne pour me dire bonjour et essayer de comprendre la raison de ma venue.

Cette fois-ci encore j’ai droit à une visite guidée de la part de l’ancien du village mais en Laotien et bien que je ne comprenne pas, il se fait un plaisir que de pouvoir me parler et les enfants prennent plaisir à se voir sur l’écran de mon appareil photo.

Après cela je me rends dans le village voisin Chomleng-Gnai ou je ne rencontre cette fois que des enfants qui s’amuse à essayer de me parler en anglais. Hormis cela je regrette que la communication soit si limitée.

La journée se termine et je dois rentrer rendre la motobike à son propriétaire. La route du retour n’est pas des plus simple car extrêmement poussiéreuse et les camions croisés sur mon chemin sont mon pire cauchemar laissant derrière eux une trainée digne d’une tempête de sable. On peut croiser également ce genre de scène insolite, sur cette photo le camion du centre est en panne en pente et en plein milieux de la route, impossible de le bouger dans ses conditions ! Mais pour ne pas arranger les chosent, le camion de gauche a voulu forcer le passage. Résultat des course deux camions sont coincés et l’un doit attendre d’être réparer pour pouvoir libérer l’autre au beaux milieux de cette route rouge et semblable aux routes de l’éponyme film Mad Max mais dans un décor montagneux et verdoyant !

N’hésitez pas à suivre le reste de mes actualités sur ma page Facebook SYLVAIN FREULON PHOTOGRAPHY

#chien #child #asie #landscape #travel #photographe #motobike #montagne #blog #road #reportage #campagne #solo

0 vue