• Sylvain Freulon

Laos : Les millions d’éléphants : Que sont-ils devenus ?


Depuis mon train pour Bangkok j’écris actuellement ce récit.

Lors de ma première journée au Laos je pensais apercevoir dans ce pays que l’on surnomme « le pays des millions d’éléphants » en apercevoir au moins quelques-uns. Malheureusement aucun…

Avant d’arriver au Laos je me suis penché sur les conditions des éléphants dans ce pays et me suis mis en tête de vouloir savoir s’il restait des éléphants sauvages.

J’ai surtout découvert qu’ils ont vécu un long déclin, que ce soit, la guerre, la déforestation, le braconnage, la surexploitation agricole, touristique et qui cette dernière continue encore aujourd’hui.

Le déclin aura commencé par son exploitation pour le bucheronnage. Ils étaient chargés de tirer de lourd tronc et les faisaient donc participer à la destruction de leurs propres habitats naturelle, d’autant plus que cette espèce préfère les forets dense et ombragé. Et ce travail très physique pour l’animal ne lui permettait pas de lui laisser le temps de se reproduire et que son espérance de vie de 70ans fut réduite à 40 ans. On m’a raconté qu’ils allaient parfois tirer des tronc d’arbres dans des endroits très pentu et inaccessible, par exemple il est arrivée qu’un éléphant se fasse emporté par le tronc qu’il tirait dans une descente le blessant ou le tuant sur le coup, les accidents furent nombreux dans ses circonstances

Il ne faut pas oublier les bombardements américains pour la guerre du Vietnam qui tentait d’entraver la piste d’Ho Chi Minh du Laos jusqu’au Cambodge et qui auras décimé une très grande partie de l’espèce. Egalement certains explosèrent sur des mines près de la frontière Birmane et Cambodgienne.

L’exploitation des éléphants à des fins agricoles s’estompe peu à peu mais l’expansion des territoires humains, ne laissent que peu de place pour la cohabitation. Des cas d’éléphants tués ou battus en ayant détruit des plantations, ou inversement car des personnes ont été tué par ces derniers devenant agressif face à leurs survies et devenant hostile pour l’homme !

Actuellement au Laos, on ne parle plus de millions d’éléphants mais de quasiment 700, dont très peu son sauvage.

Depuis, différentes ONG, réserves, sanctuaires, qui délivrent des soins et mettent en place des programmes de reproductions, se multiplie en Asie du Sud, tout cela en faveur de l’espèce et en se finançant grâce à des dons et par l’éco-tourisme.

Tandis que d’autre moins scrupuleux profitent du tourisme en Asie du Sud de plus en plus prisée.

Différents camps son disséminer un peu partout en Asie proposant des randonnées à dos d’éléphants, d’autres ont été dressés pour faire du foot, des numéros de cirque, de la peinture ect…

Tout cela peut paraitre anodin et amusant pour un lambda et la relation entre un éléphant et son Cornac peut vous paraitre fusionnel, ce n’est pas le cas pour ceux qui sont liés au attractions de ce genres !

La domestication des éléphants en Asie aura commencé à l’époque des premiers empires qui les ont exploitées pour des raisons agricoles et notamment en les chevauchant en vue de faire la guerre. Hannibal et Alexandre le Grand ont utilisé des éléphants de guerre par exemple.

La méthode de domestication est des plus violentes, elle consiste par un rituel qui consiste à casser l’esprit de l’éléphant en l’enfermant dans une cage, et le torturant avec une lame spéciale en forme de pic à glace, tout en cherchant des points sensibles ou l’écorcher et en employant des méthodes de strangulations dés sont plus jeunes jusqu’à ses 14 ans !

Cette méthode que l’on appelle « Pajhaan » est beaucoup plus rare à notre époque mais serait encore pratiquée… Et exclusivement à des fins touristiques pour les faire devenirs plus docile et plus soumis. L’esprit détruit par la torture, ils deviennent esclaves et répondent aux ordres à la baguette, ou plutôt à cette lame qui en cas de désobéissance est appuyé sur les anciennes blessures, rappelant l’animal à l’ordre !

L’épuisement physique et moral de l’animal, l’empêche de se reproduire, ce qui fait des attractions touristiques tels que les randonnées à dos d’éléphant et tous autres genres de numéro abrutissant pour l’animal par des touristes ignorants ou simplement par des abrutis ayant belle et bien conscience de tout cela et n’ont que faire du bien-être animal et des extinctions d’espèces aussi majestueuse que le plus gros mammifère terrestre au monde !

Il est possible en tant que touristes et voyageurs d’ajouter sa petite pierre à l’édifice de la protection et de la reproduction des éléphants. Grace au sanctuaires que l’on peut trouver un peu partout en Asie qui par l’argent des touristes, financent, la nourriture, les soins et tous les frais nécessaires pour s’occuper du sanctuaire et des éléphants.

J’ai donc décider lors de mon passage à Vang Vieng. De payer 55 Dollars pour une matinée dans un sanctuaire. Dans un premier temps je fus méfiant de dépenser une telle somme pour une matinée mais cela sera justifié car une fois sur place je fais la connaissance du propriétaire du sanctuaire qui se fait appelé GO et qui ce dimanche est venu avec sa famille pour s’occuper des éléphants. Tout d’abord Go nous briefent sur le comportement à adopter avec les éléphants, nous fais un résumé sur l’histoire et les particularités physiques de ces animaux, et ensuite justifie le prix de la visite. Qui ne consiste pas seulement à s’occuper d’eux mais d’assurer également la venue de nouveaux éléphants. Le sanctuaire de Vang Vieng possède actuellement 4 éléphants et tous ont été récupérés des attractions touristiques. A savoir qu’un éléphant coutent à lui seul 5000 Dollars. Une somme trop conséquente pour Go et il nous fait savoir qu’il y a une logique à adopter en terme d’achat. Un achat envers un propriétaire d’attraction touristique va inciter ce dernier à en racheter un autre plus jeune et ne va pas pour autant arrêter son activité… Face à cette problématique Go propose de louer les éléphants et d’en prendre soin dans son sanctuaire. Le propriétaire peut donc stopper son activité et ensuite toucher les revenus de la location, plus besoin de bosser ! Go ramène l’éléphant au sanctuaire, en prend soin, et avec l’argent des touristes, un cycle économique est assurée et cela joue en faveur des deux parties et de l’éléphant avant tout.

Quatre touristes, moi, Go et sa famille étions dans une grande plaines avec les montagnes à l’horizon. Sous un soleil de plomb nous attendons sur une estrade naturelle dominant la plaine et pendant 10minutes Go fait entendre de sa voix pour annoncer le repas.

C’est ainsi grâce à Go et sa famille que j’ai pu faire la rencontre de quatre majestueux éléphants (deux males, deux femelles) qui s’empressaient de venir chercher les bananes que nous avions dans nos sacs.

Tel Alan Grant découvrant le Brachiosaure de Jurrassic Park, j’eu cette même sensations d’émerveillement en les voyant… Pour laisser place ensuite à une légère intimidation car ses mastodontes n’attendent pas leurs repas et continuent d’avancer vers vous en vous palpant tout le corps avec leurs trompes et tout en reculant légèrement et lui donnant des bananes pour enfin lever les mains en l’air et lui faire comprendre que je n’ai plus rien.

Le petit-déjeuner consommée c’est l’heure du bain de boue pour se protéger des moustiques ! Nous les suivons vers une espèce de mare boueuse piétiné chaque jour par les pachydermes. Tous se regroupent et se couvrent mutuellement de boue, et soudain retentit un grondement long et guttural puis des barrissements qui sont une preuve de leurs bien être !

La dernière étape fut encore un bain dans une eau plus clair en compagnie des soigneurs.

Et nous rejoignons un petit campement par ou nous somment arrivées et leur donnons à manger une dernière fois.

Et c’est ainsi que cette journée pris fin, les éléphants retournant s’engouffrer dans la jungle à la recherche d’ombres et continuant sereinement leur vie libre et quasiment sauvage !

N’hésitez pas à partager l’article à le commentez et donnez votre avis sur la situation !

Retrouver toute mes actualités sur ma page Facebook SYLVAIN FREULON PHOTOGRAPHY

#elephant #pajhaan #voyage #travel #photo #blog #recit #vangvieng #vang #vieng #sanctuaire #laos #asie #asia #pic

20 vues