• Sylvain Freulon

Le lac Inlay: Entre pesticide et tourisme malsain


Mon arrivée au lac Inlay dans la petite ville de Nyaung-U aura été matinale…trop matinale ! Il était 3h40 du matin et à cette heure-là, ce qui représente à mes yeux les dangers de l’Asie… Les chiens ! Surtout là nuit ou ils se regroupent en meutes et deviennent agressifs, voire violents pour la plupart. Je constate que je n’ai que 1,5klm pour aller de la station de bus à mon hôtel. Je m’engage donc dans les petites ruelles sombres de Nyaung-U. Finalement, 500m et tous va bien…J’ai parlé trop vite ! Car dans un coin de rue, 100m plus loin, 5 chiens surgissent et viennent vers moi. Aucun signe d’agressivité mais je préfère rebrousser chemin que de m’y confronter et je constate qu’ils me suivent à vive allure, je décide de me retourner et de taper de la main un grand coup sec sur mon sac et tous se figent en me regardant d’un air curieux, surpris et méfiant. Je cherche à prendre une rue de revers vers ma destination et encore un chien dans la pénombre qui me montre les dents, mais ne bouge pas. Malgré cela, ce dernier m’incite encore à revenir sur mes pas et je retrouve la meute de toute à l’heure qui se sont d’avantage rapprocher. Heureusement je suis retourné à la station et les chiens ne s’y sont pas aventuré. J’opte pour une grande rue qui me fait faire un détour et est plus sécurisant, tout autour de moi, j’entends des chiens qui hurlent !

Je me trouve maintenant près d’un temple ou les moines se font entendre pour la prière. Plus que 500m vers mon hôtel et une autre meute me fais face en me montrant les crocs et derrière moi deux chiens qui ont l’air eux aussi agressif, viennent à toutes allures dans ma direction. Quand je pensais être mordu par les deux premiers, ceux-ci m’ignorent complètement et me passe devant pour aller se battre avec la meute ! Peu fière, je décide de me réfugier dans le temple une bonne heure en attendant que les chiens se calment et ainsi, peu avant l’aurore, je pus me rendre à mon hôtel et poser bagages !

N’ayant pas dormi dans le bus, j’entame ma nuit en début de journée et l’après-midi, je sors pour voir quoi ressemble les abords de Nyaung-U, qui à ce que je voie est une petite ville sans charme particulier dont le nerf central est la rivière et son port jonchée de bateaux permettant de voyager vers le lac et qui est utilisée par les locaux comme par les touristes ! De nombreux conducteurs me proposent d’ailleurs de faire un tour avec eux autour du lac pour des prix aussi différents les uns que les autres.

Je constate aussi que tous mes potentiels agresseurs du matin (chiens) font la farniente sous la chaleur écrasante de Nyaung-U et sont imperturbables. A croire qu’ils deviennent de véritable Loups Garous le soir !

Plus loin, je rencontre un conducteur qui me propose d’aller voir le coucher de soleil sur le lac, je négocie et décide d’embarquer ! L’embarcation, quoiqu’un peu bancal, est pour le moins sympathique et son moteur plutôt nerveux. Au bout de 20 minute de trajet, nous nous arrimons sur des lotus en rade au milieux du lac.

Pendant que le coucher de soleil se prépare, un pécheur apparait au loin et une façon plutôt singulière de se déplacer.

Soudain, je le vois qui prend la pose avec son filet, je fais donc une photo et le remercie, il se rapproche d’avantage et reprend la pose sous différent point de vue.

Dans ma tête, la magie de l’instant prend fin et je comprends qu’il va se rapprocher de plus en plus pour réclamer son dû ! (Évidement)

Après avoir laissé partir le soi-disant pécheur, j’admire donc le coucher de soleil et reprend la route de mon hôtel.

Ainsi se termine ma première journée plus ou moins bien, car je ne serai actif que deux jours plus tard suite à une intoxication alimentaire. 

Après moult mésaventures ces deux dernier jours, je décide de faire mon tour en bateau avant de changer de destination.

Peu après l’aube, je repars pour le lac et vois de nombreuses embarcations dont les personnes chargent des algues tout en étant à un fil de la submersion.

Nous nous dirigeons ensuite aux milieux des jardins flottant du lac. Bordée de Jacinthes d’eau et de bambous à pertes de vus sont planté afin de maintenir les plantations en place.

Malheureusement, j’ai constaté l’usage intensif de pesticides sur le lac et ses alentours polluant ainsi l’eau de la pire des façons et que plusieurs marques de produits phytosanitaires continuent de faire leurs promotions auprès des petits cultivateurs.

L’écosystème y est de plus en plus fragile et je constate que le tourisme de masse ne joue pas en faveur non plus de l’équilibre des potagers flottant. Car ceux-ci afin de ne pas couler tiennent sur une fine couche de limon. Les passages des bateaux à moteur de touristes contribuent peu à peu, à la destruction de cette couche protectrice par les vagues successives des bateaux.

Nous traversons ensuite de véritable village bâtis à même le lac comportant leurs rues et places.

Après cela, mon conducteur me fait visiter des « attractions » touristiques. C’est-à-dire une joaillerie, fabrique de vêtements et de cigares, qui n’est rien d’autres qu’un attrape touristes, où on veut vous inciter à l’achat !

Mon conducteur me dit que je vais aller visiter une autre fabrique de vêtements et de papier, et ou les travailleuses sont ce qu’on appelle péjorativement « Femmes Girafes » plutôt connu sous le nom de peuples Kayan. Et en arrivant à l’intérieur de la fabrique, j’ai surtout l’impression d’assister à une scène digne des zoos humains, ou les gens viennent voir les bêtes de foires. Dégouté, je fais mes photos et tourne les talons à ce triste spectacle.

Le tour en bateau va donc se terminer par une tournée des temples. Et qui sont loin d’être des lieux de sérénité, de par leurs nombreux marchands qui veulent vous inciter à l’achat.

En conclusion, le lac Inlay est un de ces lieux qui en Asie ont perdu de leur attrait de par le tourisme et s’est dérives, malgré la beauté des lieux…. Et pourtant, la Birmanie n’en ai qu’aux prémices en matière de tourisme. Et de nombreux problèmes d’ordres écologiques y sont à déplorer, dont les pesticides qui y ont le vent en poupe !

N’hésitez pas à suivre le reste de mes actualités sur ma page Facebook SYLVAIN FREULON PHOTOGRAPHY

#voyage #birmanie #inlay #lac #blog #photo #reportage #récit #asie #pecheur #tourisme