• Sylvain Freulon

Ha Giang: Itinéraire en motobike: PARTIE 2


25 janvier : 6H du matin. Je reprends ma motobike depuis Dong Van pour aller à Mèo Vac, un district ayant une petite ville en son centre du même nom. Et c’est parti pour 1h de route dans la brume et le froid qui peine à se dissiper surement par ce que je roule à plus 1500m d’altitude sur le célèbre col Ma Pi Leng, s’étalant sur 20klm. Il ne faut pas avoir peur du vide car le ravin prend parfois des proportions vertigineuses et les camions ont tendance à forcer le passage déjà étroit.

A prendre en compte également que l’existence de cette route est principalement dû au minorité Hmong, Yao, Tay et Lolo en 5 ans de travail 10/09/1959-15/06/1965.

Un monument leurs a d’ailleurs été dédier.

J’arrive rapidement à Mèo Vac car la brume ne me permettra pas de m’arrêter pour admirer le paysage, je mise donc sur la route du retour !

Une fois à Mèo Vac je constate que c’est une petite ville rural similaire à Dong Van celle-ci aussi à son petit marché ou les cochons y attende leurs tristes sorts !

La petite ville de Mèo Vac vu depuis les montagnes.

Je passe la majeure partie de la matinée à vaquer autour de Mèo Vac et décide de reprendre la motobike après manger dans l’après-midi pour visiter les environs de la frontière chinoise.

Sur ma route je croise des agriculteurs qui utilisent encore la charrue à l’aide de taureau.

J’emprunte une route zigzaguent dans une descente longue et progressive et soudain j’aperçois la rivière Sông Nho Quê faisant toujours office dans cette partie de la province de frontière.

Je fus surpris qu’un simple pont face office de passage d’une frontière à l’autre sans garde ou panneau interdisant le passage hormis un panneau bleu indiquant la frontière en anglais, Viet et chinois faisant office de persuasion. Persuasion qui m’auras fait son effet en effectuant un demi-tour avec ma motobike!

Je constate également la proximité avec la Chine en apercevant tous ces travailleurs de la terre arborant une tenue noir similaire à une cote et une casquette noir rappelant les tenues des travailleurs communiste.

Ce qui est dingue dans cette région c’est que l’on changent constamment d’un environnement à l’autre de la haute altitude enveloppée d’une brume constante, des grandes vallées entourées de montagnes, des montagnes couvert d’une végétation dense, des paysages lunaires des sites karstiques.

Aussitôt après avoir quitté le village qui semblait être sous surveillance communiste, je reprends de l’altitude pour redescendre aussitôt dans une profonde cuvette dans lequel se trouve un tout petit village non répertorié sur les cartes.

Une fois bien engouffré dans la cuvette je gare ma motobike dans ce petit village qui apparemment a été complètement aseptisé de présences étrangères. Je descends ensuite à pied un petit chemin qui n’est pas praticable par les motobike dans cet environnement si singulier mêlant un paysage karstique montagneux avec beaucoup de pierre et de rocher dépassant du sol et une végétation dense ou l’on se sent tout petit et croise les habitants surpris et contents à la fois de ma visite, une vielle dame remontant un chargement de légumes dans sa hotte me fais tout un dialogue dans sa langue et repart en rigolant comme si elle pensait que je comprenais.

Plus bas c’est un couple qui sans leur demander sont fière de prendre la pose devant mon appareil photo et repartent en me saluant tous sourires.

Tout en bas j’arrive sur le chantier d’une maison en bois et tous se laissent prendre en photos avec plaisir, comme cette grand-mère qui rigolait tout en me tenant le bras en guise de remerciement après s’être vu en photo dans mon appareil. Je pense que tout le monde lors de ma visite aurait souhaiter converser mais la barrière ne nous le permettant pas, je repars tels un OVNI de passage dans leurs quotidiens.

Ma journée se termine donc sur une dernière traversée du col Ma Pi Leng me permettant de contempler les paysages exceptionnels de cette province.

Verdict Ha Giang est magnifique par sa diversité de paysages époustouflant, par contre elle est en effet une province très pauvre, mais j'admire le caractère de ce peuple d'une si grande gentillesse et simplicité malgré des conditions de vie très rude et nombreuses furent les rencontres enrichissante avec les différente personnes croisé sur ma route, voyageurs comme locaux, qui elles ont plus de valeurs dans une vie que tout l'or du monde...

N’HESITEZ PAS A SUIVRE MES ACTUALITES SUR MA PAGE FACEBOOK SYLVAIN FREULON PHOTOGRAPHY

#travel #asia #motobike #photographe #landscape #asie #vietnam #blog #voyage #road #histoire #hmong #photo #reportage #china #hagiang #recit #campagne #montagne #portrait

29 vues